Perfectionnement professionnel

Le programme de formation et de recherche multidisciplinaires offert par le Réseau des cellules souches a enrichi et accéléré les carrières de centaines de jeunes chercheurs. Beaucoup travaillent aujourd’hui dans l’industrie, dans l’administration publique ou dans le monde universitaire.

story-careerDevelopment-1

Les sommes que le Réseau des cellules souches destinait au perfectionnement professionnel ont été principalement affectées au recrutement et à la formation de personnel hautement qualifié, à la promotion d’un environnement d’enseignement riche et multidisciplinaire, au recrutement de stagiaires pour qu’ils participent aux activités du Réseau et pour empêcher la fuite des cerveaux canadiens à l’étranger. Le Réseau des cellules souches a offert des bourses de stage, des bourses de recherche, des subventions pour la recherche, des ateliers et d’autres formes d’aide. Dans tous les volets de son programme de formation, le Réseau a favorisé la collaboration et le maillage en donnant l’occasion aux jeunes talents de se rencontrer et de découvrir des laboratoires de recherche de premier plan un peu partout au pays.

Preuve de l’efficacité du programme, plus des trois quarts des stagiaires ayant bénéficié de l’aide du Réseau depuis 2001 ont choisi de rester au Canada par la suite. Après leurs études, ils ont mis à profit la formation reçue grâce au Réseau pour faire carrière dans le monde universitaire, dans l’administration publique, dans l’industrie, dans la promotion de la recherche sur les cellules souches et dans les activités de vulgarisation.

Retombées

  • Dans une étude indépendante, des chercheurs du centre national de neuroéthique de l’Université de la Colombie-Britannique constatèrent que le Réseau des cellules souches avait réussi à recruter et à former du personnel hautement qualifié, à promouvoir un environnement d’enseignement riche et multidisciplinaire, à recruter des stagiaires pour qu’ils participent aux activités du Réseau et à éviter la fuite des cerveaux canadiens à l’étranger.
  • Les stagiaires demeurèrent au Canada dans une proportion de 76 % même après avoir terminé leur formation offerte par le Réseau.
  • Un total de 340 bourses ont été distribuées aux stagiaires entre 2001 et 2014.
  • « Le Réseau des cellules souches est un programme sans précédent pour favoriser le perfectionnement professionnel de nombreux jeunes scientifiques canadiens. Grâce à ses bourses de stage et à ses nombreux ateliers et cours, il a permis à plusieurs de mes étudiants des cycles supérieurs et à des boursiers de recherche postdoctorale de développer leurs talents de chercheur, ce qui a indubitablement permis à mon programme de recherche de progresser grandement. » — Dean Betts, Ph. D., Université Western Ontario, chercheur principal du Réseau des cellules souches, septembre 2012.

  • « En créant un programme de formation riche (et particulièrement unique) qui permet aux participants d’avoir accès à des travaux et des scientifiques parmi les plus avancés au monde dans le domaine des cellules souches, de suivre des ateliers techniques spécialisés et de recevoir des bourses, le Réseau des cellules souches a joué un rôle important dans le développement de ma carrière scientifique. » — Jeff Biernaskie, Université de Calgary, stagiaire du Réseau des cellules souches à compter d’avril 2003 et chercheur principal du Réseau à compter de juillet 2011.
  • « Le Réseau des cellules souches a été déterminant dans mon parcours professionnel de chercheuse scientifique. En tant que boursière de recherche postdoctorale, j’ai été introduite dans le monde de la recherche sur les cellules souches et j’ai pu tisser des relations avec des mentors et des collègues qui m’ont permis d’établir mon programme de recherche. » Cheryle Séguin, Ph. D., Université Western Ontario, stagiaire du Réseau des cellules souches à compter de juin 2005 et chercheuse principale du Réseau à compter d’avril 2012.
  • « Le Réseau des cellules souches m’a accueilli comme stagiaire, puis m’a permis de réaliser la transition exigeante et de devenir chercheuse principale, grâce à toute l’aide, la collégialité et les conseils que je pouvais espérer de la part d’une communauté de brillants scientifiques aux travaux fructueux. » — Sheila Singh, Ph. D., Université McMaster, stagiaire du Réseau des cellules souches à compter de juin 2005 et chercheuse principale du Réseau à compter d’aout 2008.

Information complémentaire

  • Rapport annuel 2001-2002, p. 15
  • Rapport annuel 2002-2003, p. 3
  • Rapport annuel 2007, p. 19
  • Rapport annuel 2008-2009, p. 12
  • Rapport annuel 2009-2010, p. 6
  • Rapport annuel 2009-2010, p. 11
  • Rapport annuel 2011-2012, p. 12