Profile de recherche 2016: Réglementer l’avenir

Réglementer l’avenir : modèles de politiques sur les nouvelles activités de recherche sur les cellules souches, y compris la recherche sur les embryons génétiquement modifiés et reconstitués
CP : Ubaka Ogbogu, Université de l’Alberta

Il y a maintenant 12 ans que le Canada a adopté une loi régissant la recherche sur les embryons humains. Dans sa forme actuelle, cette loi n’est plus adaptée à la science. Par exemple, deux secteurscxk2qw2vqaaekcm-jpg-large ne sont pas couverts par la loi et suscitent des questions pressantes sur leur légalité et leur adaptation aux cadres de gouvernance existants. Ces deux secteurs correspondent à la création et l’utilisation des embryons humains génétiquement modifiés aux fins de la recherche et la modélisation des cellules souches pluripotentes humaines induites (CSPi) de manière à ce qu’elles ressemblent à des embryons post-implantation.

Ubaka Ogbogu de l’Université de l’Alberta a entrepris de déterminer si le cadre réglementaire du Canada traite et équilibre de manière adéquate et appropriée la promotion des progrès scientifiques et cliniques en fonction des autres principaux impératifs en matière de politiques. Ses travaux répondront à deux questions principales. Comment et est-ce que la réglementation canadienne en matière de recherche sur les embryons et de recherche connexe doit être mise à jour pour tenir compte des réalités de la recherche courante et des progrès scientifiques? Quelles règles et quels mécanismes de gouvernance précis sont requis pour assurer une conduite éthique dans les activités de recherche sur les embryons? Le Dr Ogbogu organisera un atelier stratégique multidisciplinaire qui permettra l’établissement d’une politique modèle et d’un cadre de gouvernance fondés sur le consensus, ainsi que la production de notes d’information sur les politiques à l’intention d’un public cible comprenant les législateurs, les médias et le grand public.

Cette recherche contribuera à l’effort national et international qui doit être mené pour tenir compte des enjeux pressants liés à la recherche sur les cellules souches et qui repoussent les limites des lois et des politiques du Canada. Le produit final constituera un document d’orientation à l’intention des décideurs qui doivent s’attaquer à ces enjeux complexes.

Le projet de recherche d’Ubac Ogbogu fait parti du Programme des accords de recherche d’impact  qui distribuera 1,54 M$ en vue de 17 projets dans les domaines de la recherche translationnelle, de la commercialisation et des politiques publiques. Au total, 27 chercheurs (17 chercheurs principaux et 10 cochercheurs) de 15 institutions de recherche profiteront de ce programme et plus de 60 stagiaires y participeront. Des maladies comme le diabète, l’ostéoarthrite (arthrose) et la maladie du rein feront toutes l’objet d’études. Les enjeux liés à la commercialisation comprennent l’impression 3D de tissus nerveux et la production évolutive de microtissus d’ingénierie.

Pour plus d’information sur les résultats du financement de la recherche 2016 du Réseau de cellules souches, appuyez ici