enfr

Le Réseau de cellules souches du Canada se réjouitde l’engagement renouvelé du gouvernement fédéralenvers la recherche sur les cellules souches et en médecine régénérative

Ottawa, le 19 mars 2019. Dans son budget de 2019, le gouvernement du Canada a confirmé sa confiance continue dans la recherche canadienne sur les cellules souches et en médecine régénérative avec un investissement pluriannuel de 18 millions de dollars par l’entremise du Réseau de cellules souches (RCS). Depuis près de deux décennies, le RCS travaille à développer un réseau varié et collaboratif d’experts de la recherche, d’entreprises et d’organismes à but non lucratif déterminés à accélérer le passage des thérapies et technologies à base de cellules souches à la clinique. Cet effort donne lieu à des essais cliniques à la fine pointe pour des maladies comme le diabète de type 1, les maladies cardiovasculaires, les cancers du sang et le choc septique.

« C’est une période excitante pour travailler dans le domaine des cellules souches, et au nom de la communauté canadienne de la recherche, qui continue d’être très influente dans le monde malgré sa taille, j’aimerais remercier le gouvernement de son partenariat continu, » dit le Dr Michael Rudnicki, directeur scientifique du RCS. «  Les ministres Duncan et Bains comprennent que le passage d’une thérapie à base de cellules souches du laboratoire au lit d’hôpital est délicat, compliqué et méthodique, mais qu’il apportera d’immenses bénéfices à la population et à l’économie canadiennes. Nous sommes maintenant rendus au point où nous nous attendons à ce que nombre de thérapies novatrices aillent de l’avant. »

Les maladies chroniques entraînent un fardeau économique de milliards de dollars par année, dont 68 milliards de dollars en frais directs de soins de santé. L’allègement de ce fardeau ne serait-ce que pour une seule maladie aurait d’immenses bénéfices pour tous les Canadiens. Les cellules souches et la médecine régénérative peuvent faire exactement cela. La médecine régénérative est un marché de plus en plus compétitif qui devrait atteindre une valeur de 66 milliards de dollars d’ici 2022. En tant que chef de file dans le secteur, le RCS est maintenant en bonne position pour poursuivre son travail avec la communauté visant à renforcer la capacité clinique et commerciale partout au pays.

« Un panel indépendant d’experts internationaux récemment mandaté d’effectuer un examen détaillé du Réseau de cellules souches et de son plan stratégique a conclu que le RCS est axé sur les solutions et les résultats concrets, ce qu’il parvient à réaliser de manière très efficace au plan des coûts,» affirme Cate Murray, directrice générale et chef de l’exploitation du RCS. « Ainsi, le renouvellement du soutien gouvernemental nous permettra de poursuivre la réalisation de notre plan, qui consiste à transposer la recherche de pointe au milieu clinique, à offrir des possibilités de perfectionnement prisées à la prochaine génération de chercheurs de pointe et à offrir des avancées en médecine régénérative à la population canadienne. »

Le Réseau de cellules souches en un coup d’œil :

  • Le RCS a pour vision de miser sur l’avantage concurrentiel du Canada en matière de cellules souches au bénéfice des Canadiens.
  • Depuis 2001, le RCS a investi 100 millions de dollars dans la recherche translationnelle novatrice, dans la formation et dans la sensibilisation. Un autre montant de 100 millions de dollars a été amassé auprès de partenaires.
  • 170 groupes de recherche de classe mondiale et 2 500 stagiaires de partout au Canada ont bénéficié du soutien du RCS.
  • Le RCS a servi de catalyseur à 18 essais cliniques et à 17 entreprises de biotechnologie en démarrage.

-30-

Personne-ressource pour les médias :
Lisa Willemse, directrice par intérim des communications
lwillemse@stemcellnetwork.ca