enfr

Un nouveau traitement prometteur contre le diabète de type 1

Le 16 janvier 2018 – Le Réseau de cellules souches est fier de donner son appui à deux équipes de chercheurs qui sont en train de concevoir un traitement novateur au moyen des cellules souches, contre le diabète de type 1. Le traitement consiste à remplacer les cellules pancréatiques par de nouvelles cellules cultivées en laboratoire. Il est à l’essai sur des patients à l’Université de la Colombie-Britannique. C’est une première au Canada et c’est une preuve de la force du pays dans la recherche sur les cellules souches.

Le traitement  vise à permettre aux personnes atteintes de diabète de type 1 de ne plus dépendre de l’insuline autoadministrée par injection et de ne plus avoir à constamment mesurer leur glycémie. Des pochettes sont implantées sous la peau du patient. Puis, les cellules pancréatiques qu’elles contiennent devraient se développer et former des îlots qui produisent de l’insuline.

Opéré à la fin de décembre sous la direction du Dr Timothy Kieffer, de l’Université de la Colombie-Britannique, le premier patient fait partie du groupe de 10 que l’on prévoit intégrer à un essai clinique en 2018. Les implantations dans les patients choisis pour le second essai, réalisé parallèlement sous la direction du Dr James Shapiro, de l’Université de l’Alberta, devraient commencer dans les prochaines semaines.

« C’est un tournant décisif dans le monde de la recherche sur le diabète : nous avons recours aux technologies des cellules souches pour offrir un traitement prometteur aux personnes atteintes du diabète de type 1, dit le Dr Kieffer. Nous n’aurions pas pu réaliser ces essais cliniques sans l’appui solide du Réseau de cellules souches et sans notre partenariat avec ViaCyte. »

Le directeur scientifique du Réseau de cellules souches, le Dr Michael Rudnicki, rappelle quant à lui que « le Réseau a comme objectif principal de faciliter les applications pratiques de la recherche sur les cellules souches, de manière à ce que des personnes atteintes d’une maladie chronique puissent en bénéficier. Nous sommes enchantés d’accorder notre appui au Dr  Kieffer et au Dr Shapiro, car nous savons que leurs travaux de recherche ont une importance cruciale dans la recherche d’un traitement d’avant-garde contre le diabète de type 1 ».

Le diabète de type 1 est une maladie chronique dont souffrent plus de 300 000 personnes au pays. Beaucoup parmi elles ne produisent pas assez d’insuline, une hormone qui permet à l’organisme de produire de l’énergie à partir de la nourriture en régulant l’absorption des sucres que nous consommons. De sérieuses complications peuvent résulter de cette maladie, telles que l’insuffisance rénale, la cécité et les problèmes circulatoires. Elle peut même plonger la personne atteinte dans le coma.

Les essais cliniques sont financés par le Réseau de cellules souches en partenariat avec l’Université de la Colombie-Britannique, Vancouver Coastal Health, ViaCyte et la Fondation Allard. Cliquez ici pour lire la publication de l’Université de la Colombie-Britannique sur cet essai clinique.

-30-

À propos du Réseau de cellules souches : Depuis sa mise sur pied en 2001, le Réseau de cellules souches (RCS) a toujours eu pour raison d’être le soutien et le développement de la recherche dans le domaine des cellules souches et de la médecine régénérative. Et le RCS a bénéficié de l’appui du gouvernement du Canada depuis le tout début. Le RCS a pour mandat d’agir comme catalyseur dans la découverte d’applications cliniques et de produits commerciaux résultant de la recherche sur les cellules souches et dans l’adoption de politiques publiques en la matière. En quinze ans à peine, le RCS a réussi à entraîner l’émergence d’une communauté nationale d’experts qui a transformé la recherche sur les cellules souches au Canada à un point tel que les nombreuses découvertes novatrices en médecine régénérative ont révolutionné la pratique clinique, ce qui a permis au Canada d’acquérir une réputation exemplaire à l’échelle internationale. Le RCS a repoussé les limites de la recherche fondamentale dans ce domaine si bien que les résultats translationnels qui en découlent mènent régulièrement à des applications cliniques et à des produits prisés sur le marché. www.stemcellnetwork.ca/fr/

Personne-ressource pour les médias

Cate Murray
Directrice générale
Réseau de cellules souches
catemurray@stemcellnetwork.ca
Mobile : 613-979-6174