fren

Sara Vasconcelos

Sara Vasconcelos, Ph. D., Réseau universitaire de santé

Recycler les vaisseaux sanguins des tissus adipeux pour guérir le cœur

La greffe de cellules pourrait permettre de régénérer des organes endommagés par diverses maladies et certains troubles de santé aigus, comme l’infarctus. Cependant, pour que les cellules survivent à une greffe et régénèrent efficacement un organe, elles doivent avoir un accès immédiat à de l’oxygène et aux nutriments fournis par les vaisseaux sanguins. De nombreuses tentatives passées de fabrication de nouveaux vaisseaux sanguins pour la régénération d’organes ont échoué.

La Dre Sara Vasconcelos, scientifique au Réseau universitaire de santé de Toronto, a cherché des moyens de surmonter cet obstacle, en mettant l’accent sur la création d’autres avenues thérapeutiques pour traiter les maladies cardiovasculaires. Les maladies du cœur touchent 1,3 million de Canadiens et de Canadiennes et, selon la fondation Cœur + AVC, il s’agit de la maladie la plus coûteuse au Canada, dont les coûts en soins de santé et en pertes de revenus se chiffrent à 21,2 milliards de dollars. C’est pourquoi les travaux de la Dre Vasconcelos et de son équipe sont si importants.

Elle et son équipe font déjà des progrès significatifs dans leur travail, ce qui offre des perspectives passionnantes pour les thérapies de remplacement cellulaire. Pour la première fois, ils ont montré un moyen efficace de favoriser la survie des cellules et d’améliorer le fonctionnement des organes dans de petits modèles animaux, comme les rats, en utilisant des vaisseaux sanguins extraits de tissus adipeux pour favoriser la survie des cellules greffées.

La prochaine étape pour la Dre Vasconcelos sera d’avancer sur cette voie en utilisant un modèle animal de grande taille et de générer les données nécessaires sur l’efficacité et la sûreté du procédé afin de faire passer cette thérapie à l’étape des essais cliniques. En cas de réussite, cette recherche changera la donne pour des millions de personnes.

Other Biographies des chercheurs