fren

Comité des communications des stagiaires

Le Comité des communications des stagiaires (CCS) du Réseau de cellules souches (RCS) a pour but de contribuer à l’élaboration et à la prestation du programme de formation du RCS pour les stagiaires de la communauté des cellules souches et de la médecine régénératrice.

Membres

PRIYE IWORIMA, PRÉSIDENTE, doctorante, Université de la Colombie-Britannique
Priye Iworima est une étudiante nigéro-canadienne en génie biomédical. Ses recherches ont pour but de mettre au point un protocole de différenciation permettant de générer à partir de cellules souches des cellules productrices d’insuline qui pourraient un jour être utilisées pour traiter le diabète de type 1. Elle s’intéresse aussi à l’optimisation des paramètres des procédés utilisés pour la production à grande échelle des produits à base de cellules souches. Dans ses temps libres, elle aime voyager, explorer de nouvelles destinations et cultures, la musique, bien manger et passer du temps avec ses amis et sa famille.

KEVIN ROBB, VICE-PRÉSIDENT, doctorant, Université de Toronto
Je suis doctorant au programme de génie biomédical de l’Université de Toronto, sous la supervision de Sowmya Viswanathan et du Dr Rajiv Gandhi, du Réseau universitaire de santé (University Health Network). Mon projet vise à concevoir des stratégies de culture qui amélioreront l’efficacité des cellules stromales mésenchymateuses pour traiter l’arthrose. Je participe aux Réunions TMM chaque année et je suis impatient de travailler au CCS !

RASHA AL-ATTAR, chercheuse postdoctorale au McEwen Stem Cell Institute – University Health Network
Je poursuis ma formation postdoctorale au laboratoire du Dr Michael Laflamme. Mes recherches portent sur l’utilisation des cardiomyocytes dérivés de cellules souches pluripotentes humaines (hPSC-CM) pour remuscler le tissu cicatriciel après un infarctus du myocarde. Plus précisément, j’utilise l’ingénierie génomique pour améliorer le couplage électrique hôte-greffon et la communication entre les cellules afin de réduire le risque de tachyarythmie ventriculaire après une greffe de hPSC-CM. Je suis passionnée par l’enseignement et la possibilité d’aider les autres stagiaires à acquérir les compétences nécessaires pour obtenir l’emploi de leurs rêves.

KABITA BARAL, doctorante à l’Université de Calgary
Je suis doctorante au laboratoire Biernaskie de l’Université de Calgary, où je travaille sur les cellules souches neurales et les cellules de Schwann en utilisant la technologie du séquençage de l’ARNm des cellules individuelles. Je suis également titulaire d’une maîtrise en bioinformatique et d’un baccalauréat en sciences pharmaceutiques. En dehors de mes études, je suis codirectrice de la section de Calgary de StemCellTalks et j’aime la communication scientifique, la confection de pâtisseries, la randonnée et regarder des films d’animation/super héros avec mon partenaire et notre chien berger.

JULES GRANET, étudiant au doctorat, Université McGill
Jules est étudiant au doctorat au laboratoire de Natasha Chang à l’Université McGill. Son projet vise à améliorer les connaissances sur la façon dont l’autophagie contribue à la détermination des fonctions régénératrices du destin des cellules souches musculaires dans des conditions saines et dans le contexte de la dystrophie musculaire de Duchenne. En dehors du laboratoire, il aime voyager pour découvrir de nouveaux endroits et de nouveaux mets, regarder des films et passer du temps avec des amis.

ALEX KOZLOV, doctorante, Université Western
Alex Kozlov en est à sa quatrième année de doctorat à l’Université Western, où elle étudie l’influence des sources d’énergie des métabolites sur la reprogrammation cellulaire. Alex est stagiaire au Réseau de cellules souches depuis 2016 et se passionne pour la sensibilisation scientifique. Elle est notamment coprésidente du comité consultatif national et de la section d’Ottawa de StemCellTalks. Dans ses temps libres, elle aime faire du camping dans l’arrière-pays et confectionner des pâtisseries.

KIERAN MAHEDEN, étudiant à la maîtrise en sciences appliquées, Université de la Colombie-Britannique
Kieran en est à la deuxième année d’une maîtrise en sciences appliquées. Il fait ses études au laboratoire de Nika Shakiba à l’école de génie biomédical de l’UBC. Son travail vise à comprendre la vie sociale des cellules souches pluripotentes en caractérisant la compétition cellulaire, un processus dans le cadre duquel ces précieuses cellules se battent jusqu’à la mort. Lorsqu’il ne jongle pas avec des pipettes, on le trouve généralement sur les rochers jonglant avec ses prises d’escalade.

MORTEN RITSO, chercheur postdoctoral, Université de la Colombie-Britannique
Morten est chercheur postdoctoral au laboratoire de Fabio Rossi à l’Université de la Colombie-Britannique. Il étudie comment les populations de cellules immunitaires, stromales, souches et progénitrices communiquent entre elles pour coordonner la réparation et la régénération des muscles cardiaques et squelettiques. Morten a été un membre actif d’équipes de concertation avec le public et de comités d’étudiants, et a participé à des événements StemCellTalks ainsi qu’à des concours de commercialisation scientifique. Il aime les concerts de musique, le ski, la randonnée et le vélo.

FERESHTEH SADAT, étudiante au doctorat, Université de Toronto
Je suis étudiante au doctorat en sciences biomédicales à la faculté de médecine dentaire de l’Université de Toronto. Je travaille sous la supervision d’un chef de file scientifique extraordinaire, le Dr Boris Hinz à l’hôpital St. Michael. Mes recherches portent sur le développement de stratégies visant à stimuler (maintenir) le potentiel de régénération des cellules stromales mésenchymateuses (CSM) par la manipulation de la réponse mécanique et de la mémoire des CSM. En particulier, j’étudie la façon dont les modèles épigénétiques modifient le comportement des CSM en réponse à l’environnement rigide de plastique qui est largement utilisé pour l’expansion pivot des CSM après isolement des donneurs. En dehors du laboratoire, j’aime réfléchir aux défis scientifiques, explorer de nouveaux endroits, faire de la randonnée, écouter de la musique persane et lire de la poésie persane. Récemment, je me suis mise au défi d’apprendre des instruments de musique appelés Setar.
Je suis ravie de faire partie du CCS et d’aider les étudiants des cycles supérieurs à améliorer leurs compétences pour atteindre leurs objectifs de carrière tout en acquérant de nouvelles compétences.

LAURA STANKIEWICZ, doctorante, Université de la Colombie-Britannique
Laura Stankiewicz est doctorante en génie biomédical à l’Université de la Colombie-Britannique. Ses recherches portent sur la façon dont les lymphocytes T se développent dans le thymus humain et sur la façon dont nous pouvons utiliser cette information pour fabriquer en laboratoire des lymphocytes T qui pourront être modifiées pour tuer les cellules cancéreuses. Mme Stankiewicz s’est jointe au CCS parce qu’elle est passionnée par l’idée d’établir un langage commun entre les scientifiques et les ingénieurs qui leur permettra de mettre en commun leurs diverses compétences et expertises. Elle estime que la formation des jeunes chercheurs sur la manière de communiquer efficacement leurs travaux fait partie intégrante du processus d’application clinique des thérapies cellulaires et elle est impatiente d’organiser des ateliers pour les stagiaires qui traiteront de ces compétences.

COULTER MONTAGUE SZAKALY, étudiant à la maîtrise, Réseau universitaire de santé
Je suis étudiant de deuxième année à la maîtrise en médecine de laboratoire et en pathobiologie à l’Université de Toronto, où j’étudie sous la supervision du Dr Michael Laflamme au Réseau universitaire de santé. Dans mes recherches, je vise à établir une nouvelle architecture de bioréacteur pour la production et la maturation à grande échelle de cardiomyocytes dérivés de cellules souches pluripotentes humaines. En dehors du laboratoire, j’aime lire, faire de la plongée autonome, de la planche à neige, jouer au hockey et je suis toujours à la recherche de nouvelles façons de promouvoir la communication scientifique auprès des chercheurs de tous les niveaux.

TYLER WENZEL, boursier postdoctoral, Université de Saskatoon
Je suis stagiaire postdoctoral et j’ai mis sur pied une installation de cellules souches et de médecine régénératrice pour l’Université de la Saskatchewan. Ma recherche, qui est supervisée par les Drs Darrell Mousseau et Jane Alcorn, est très multidisciplinaire, couvrant des sujets tels que l’homéostasie cérébrale, la régénération des tissus du système nerveux central, l’étiologie des maladies cérébrales et intestinales, la pharmacocinétique et l’axe intestin-cerveau. Le but ultime de ma recherche est de créer de meilleurs traitements pour les maladies neurodégénératives et inflammatoires de l’intestin. Je suis particulièrement passionné par la conception de meilleurs modèles de ces maladies humaines et la libération du potentiel thérapeutique et pharmacologique des organoïdes ainsi que des cellules souches dont ils sont dérivés. Avant ma carrière de scientifique, j’étais professeur de sciences et de mathématiques au secondaire, et je suis ravi d’apporter mon expérience et ma passion pour l’enseignement au Comité des communications des stagiaires. Je crois fermement que les cellules souches sont essentielles pour améliorer la qualité de vie de nombreuses personnes dans le monde, et je suis ravi de participer au développement de cette technologie. Dans mes temps libres, je fais de la randonnée, du ski alpin, j’assiste à des concerts, j’aime prendre des photos, faire des balados ou des vidéos de science-fiction.

Comité d’éducation et de formation

Le Comité de formation et d’éducation (CFE) a pour but d’aider le Réseau de cellules souches à élaborer et à mettre en œuvre un programme de formation en médecine régénératrice destiné à faire en sorte que les travailleurs hautement qualifiés (THQ) soient capables de se mesurer à la concurrence dans l’économie du savoir du Canada et qu’ils possèdent les compétences nécessaires pour travailler dans les laboratoires de médecine régénératrice et les entreprises de biotechnologie d’aujourd’hui et de demain.

Membres

NIKA SHAKIBA, PRÉSIDENTE, Professeure adjointe, Université de la Colombie-Britannique
La Dre Nika Shakiba est professeure adjointe à l’école d’ingénierie biomédicale (SBME) de l’Université de la Colombie-Britannique et chercheuse distinguée Allen. Son programme de recherche (https://shakiba.bme.ubc.ca) repose sur l’utilisation d’une approche combinée des systèmes et de la biologie synthétique pour l’ingénierie et la rétro-ingénierie du rôle de la concurrence cellulaire dans les systèmes de cellules développementales et de cellules souches. Avant de se joindre à l’école SBME, Nika était boursière postdoctorale au Département de génie biologique du Massachusetts Institute of Technology et a obtenu son doctorat en génie des cellules souches sous la supervision du Dr Peter Zandstra à l’Institut des biomatériaux et du génie biomédical (Université de Toronto). Nika croit beaucoup à la sensibilisation et au mentorat. Au-delà de ses recherches et de son enseignement, elle est passionnée par l’équité dans les ressources de mentorat et l’accès aux conseils grâce à son dernier projet, Advice to a Scientist (https://advicetoascientist.com/).

HAROLD ATKINS M.D., médecin, Programme de transplantation et de thérapie cellulaire de l’Hôpital d’Ottawa; professeur agrégé de médecine, Université d’Ottawa; scientifique au Centre pour la recherche innovante sur le cancer (CHI)
Il a obtenu son baccalauréat en sciences médicales et son diplôme en médecine de l’Université d’Ottawa, puis a effectué une année d’internat par rotation à l’Hôpital général de Victoria, en Colombie-Britannique. Il a également suivi une formation spécialisée en médecine interne à l’Université d’Ottawa. Enfin, il a obtenu des bourses cliniques et de recherche en hématologie, en greffe de cellules souches et en hématologie expérimentale pour lesquelles il a étudié à l’Université de Washington et à l’Institut ontarien de recherche sur le cancer.
Il se spécialise en greffe de cellules souches hématopoïétiques et a été le fer de lance de l’utilisation de la greffe de cellules souches pour la réparation immunitaire afin de traiter les patients atteints de maladies auto-immunes graves, notamment la sclérose en plaques, la sclérodermie, la myasthénie grave et autres. Les résultats d’un essai utilisant la greffe autologue de cellules souches hématopoïétiques pour traiter la sclérose en plaques ont été publiés dans le Lancet en 2016. Il a mené un essai clinique explorant le rôle de la greffe de cellules souches hématopoïétiques dans la prévention du rejet d’une greffe d’organe. Il est membre d’un consortium pancanadien financé par BiocanRx dont l’objectif est de faciliter et d’améliorer l’accessibilité de nouveaux lymphocytes T récepteurs d’antigènes chimériques pour le traitement des cancers hématologiques. Il a reçu le prix Dr Michel Chrétien de l’OHRI pour l’année 2016, le prix Till et McCulloch du Réseau de cellules souches en 2017 et a été co-récipiendaire du Prix pour l’ensemble des réalisations de la Société canadienne du sang en 2019.

JESSICA ESSELTINE, professeure adjointe, Université Memorial de Terre-Neuve
J’ai grandi dans une petite ville du sud-ouest de l’Ontario rendue célèbre pour avoir tué Jumbo l’éléphant. J’ai complété la majeure partie de ma formation à l’Université Western. J’ai découvert les cellules souches pluripotentes assez tard dans ma formation et je suis tellement reconnaissante d’avoir trouvé ma passion scientifique. Depuis que j’ai déménagé dans la belle province de Terre-Neuve, je m’attaque à la façon dont les cellules communiquent entre elles pendant la spécification de leur destin. Avec le soutien du Réseau de cellules souches, j’utilise des CSPi dérivées de patients pour comprendre les maladies cardiaques héréditaires à Terre-Neuve. Mon équipe utilise des techniques de pointe en biologie cellulaire et moléculaire, y compris le génie génétique CRISPR-Cas9 des cellules souches pluripotentes et multipotentes, l’imagerie à haute résolution, la culture de cellules souches et d’organoïdes 3D.

MAY GRIFFITH, professeure, Département d’ophtalmologie, Université de Montréal, Canada, travaillant au Centre de recherche de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont
May est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en biomatériaux et cellules souches en ophtalmologie et de la Chaire de recherche de la Fondation Caroline Durand en thérapie cellulaire de l’œil. Elle est actuellement directrice de l’Axe Cornée et segment antérieur du Réseau de recherche en santé de la vision du Québec. May est connue pour ses travaux pionniers du laboratoire au chevet du patient en médecine régénératrice translationnelle et en régénération tissulaire in situ. Dans le cadre d’un essai clinique en Suède, elle a dirigé une équipe multinationale et interdisciplinaire responsable de la conception et des essais cliniques réussis pour les premiers implants cornéens biosynthétiques au monde qui ont favorisé la régénération du tissu cornéen humain et des nerfs. Les implants sans cellules ont stimulé les propres cellules des patients à migrer dans la matrice, à proliférer et à se différencier en néo-cornées. L’équipe a ensuite réalisé un deuxième essai clinique avec des implants cornéens biosynthétiques contenant un réseau de polymères suppresseurs d’inflammation sur des patients à haut risque. Plus récemment, May et son équipe ont développé un hydrogel liquide synthétique, biocompatible et adhésif (LiQD Cornea) pour réparer les perforations cornéennes en remplacement de la colle cyanoacrylate toxique. Le produit LiQD Cornea est appliqué sous forme liquide, mais adhère rapidement et gèle dans les défauts du tissu cornéen. Ensuite, sa similitude au niveau moléculaire avec un cadre tissulaire naturel favorise la régénération tissulaire, traitant efficacement les perforations cornéennes sans qu’une transplantation soit nécessaire. May poursuit ses recherches basées sur les biomatériaux pour la régénération de la cornée et de la rétine, ainsi que sur l’angiogenèse, en collaboration avec d’autres chercheurs.

MATTHEW HILDEBRANDT, chef des produits, STEMCELL Technologies
Matthew Hildebrandt est chef des produits chez STEMCELL Technologies à Vancouver pour les produits qui soutiennent la recherche sur les cellules souches pluripotentes humaines. Après son doctorat en oncologie expérimentale de l’Université de l’Alberta en 2014, il s’est joint au laboratoire du Dr James Ellis à l’hôpital pour enfants (SickKids) de Toronto en tant que boursier de recherche postdoctoral où il a commencé à travailler avec des cellules souches pluripotentes. Pendant son séjour à Toronto, il a participé à plusieurs ateliers du RCS tenus lors des réunions Till et McCulloch qui l’ont aidé à faire la transition vers un poste dans l’industrie. Il consacre maintenant du temps en tant que bénévole du RCS pour soutenir la prochaine génération de stagiaires.

SAMER HUSSEIN, professeur adjoint, Université Laval; chercheur, Division d’oncologie, Centre hospitalier universitaire (CHU) de Québec – Centre de recherche de l’Université Laval
Le Dr Samer Hussein est professeur adjoint et chercheur à l’Université Laval et au Centre de recherche sur le cancer qui lui est affilié. Le Dr Hussein a obtenu son doctorat en sciences neurologiques à l’Université McGill, à Montréal, au Canada; et sa formation postdoctorale à l’Université d’Helsinki, en Finlande, puis à l’Institut de recherche Lunenfeld-Tanenbaum, à Toronto, au Canada. Il a publié des travaux précurseurs dans le domaine de la reprogrammation démontrant plusieurs résultats clés sur la façon dont la reprogrammation des cellules souches pluripotentes induites affecte l’état de la chromatine, la stabilité génétique et l’expression génique de cellules subissant ce processus de changement induit de la fonction cellulaire. Son équipe se concentre maintenant sur la compréhension des fondements moléculaires qui régissent la décision du sort des cellules souches au cours du développement et dans le cancer. Ils utilisent plusieurs approches de bioinformatique et de séquençage, telles que le séquençage de l’ARN sur de grandes longueurs, et des modèles de différenciation des cellules souches, tels que les organoïdes cérébraux humains et les modèles d’invasion des cellules souches de gliome, pour comprendre les mécanismes moléculaires et les interactions fonctionnelles des ARN non codants longs au cours du développement et du cancer.

ANDREW PEPPER, Professeur adjoint, Université de l’Alberta
En 2018, le Dr Pepper a été recruté au Département de chirurgie de la Division de la recherche chirurgicale de l’Université de l’Alberta à titre de professeur adjoint. Son laboratoire à l’Institut du diabète de l’Alberta examine les mécanismes sous-jacents qui régissent la survie et la fonction des cellules bêta pancréatiques, dans le but ultime de développer et d’affiner des thérapies cellulaires qui pourraient devenir un traitement universel pour un plus large éventail de personnes atteintes de diabète de type 1. Le Dr Pepper a publié plus de 40 manuscrits et 4 chapitres de livres liés à la biologie des îlots, à l’immunologie et à la greffe de cellules bêta. Il est actuellement titulaire d’une chaire de recherche canadienne sur les thérapies cellulaires pour le diabète et a reçu des fonds du Réseau de cellules souches, de la FRDJ, de MITACS, des IRSC, de la FCI-FLJE, d’Alberta Innovates, du Fonds Nouvelles frontières en recherche, de la Fondation albertaine du diabète, de la Fondation des hôpitaux universitaires et du Programme national de recherche en transplantation du Canada.