icon-close
fren

Comité des chercheurs en début de carrière du Réseau de cellules souches

L’objectif du comité des chercheurs en début de carrière (CCDC) est de soutenir le Réseau de cellules souches (RCS) dans l’élaboration et la mise en œuvre d’activités visant à mettre en évidence et à soutenir la croissance des chercheurs en début de carrière (CDC) œuvrant dans le domaine des cellules souches et de la médecine régénératrice. Le RCS cherche à offrir aux membres de la communauté des CDC les compétences et le soutien nécessaires pour mettre en place des programmes de recherche de calibre mondial et lancer leur carrière dans le milieu universitaire.

Notre processus de candidature est actuellement ouvert!

Le RCS recherche actuellement des chercheurs en début de carrière pour son comité des chercheurs en début de carrière (CCDC).

Date limite pour présenter sa candidature : 13 juin 2024

Pour plus de détails sur le comité et pour présenter votre candidature comme membre du CCDC, veuillez cliquer ici.

Membres   

Amy Wong, présidente, chercheuse scientifique, Hospital for Sick Children, professeure adjointe, Université de Toronto

Amy Wong travaille à titre de chercheuse scientifique au sein du programme de biologie du développement et des cellules souches de l’Hospital for Sick Children, ainsi que de professeure adjointe au Département de médecine de laboratoire et de pathobiologie (MLP) de l’Université de Toronto. Elle a obtenu son diplôme de premier cycle en sciences de la vie à l’Université de Toronto en 2001 et a fait ses études supérieures à l’Université de Toronto, où elle a obtenu une maîtrise en sciences cardiovasculaires en 2003 et un doctorat en régénération pulmonaire en 2008. Au début de 2009, elle a fait un stage postdoctoral au SickKids Research Institute, où elle a été la première personne à mettre au point une méthode permettant de générer un épithélium respiratoire pour la modélisation in vitro de la maladie pulmonaire associée à la fibrose kystique. Aujourd’hui, elle est reconnue internationalement comme une pionnière de l’utilisation des cellules souches humaines pour la modélisation du développement des poumons et des maladies pulmonaires. Les activités de son laboratoire s’articulent autour de trois principaux axes de recherche :  1) identifier de nouveaux facteurs génétiques et moléculaires qui régissent le développement des poumons et l’apparition des maladies pulmonaires; 2) mettre au point des modèles prédictifs des maladies pulmonaires humaines pour soutenir la médecine de précision; 3) générer des mimétiques pulmonaires précliniques améliorés qui seront physiologiquement pertinents pour la modélisation des maladies à l’aide des nouvelles plateformes de bio-impression et de microfluidique.
https://lab.research.sickkids.ca/wong/ 

Natasha Chang, professeure adjointe, Université McGill

Natasha Chang a obtenu son doctorat en biochimie à l’Université McGill et a fait ses études postdoctorales à l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa. En 2019, Mme Chang s’est jointe à l’équipe de l’Université McGill à titre de professeure adjointe au Département de biochimie. Les recherches menées par le laboratoire de Mme Chang visent à comprendre les mécanismes de signalisation moléculaire qui régissent le fonctionnement des cellules souches musculaires et la façon dont ces voies sont modifiées dans le contexte des maladies dégénératives musculaires et des cancers musculaires. L’objectif ultime de l’équipe de recherche de Mme Chang est d’identifier des cibles moléculaires permettant d’améliorer la capacité de régénération des cellules souches endogènes, ainsi que des stratégies qui pourraient améliorer les thérapies à base de greffe de cellules souches.
https://natashachanglab.com/

Daniel Coutu, chercheur, Hôpital d’Ottawa, Institut de recherche,  professeure adjointe, Université d’Ottawa

Daniel Coutu a obtenu un baccalauréat ès sciences en biologie à l’Université de Montréal. Il a par la suite fait ses études supérieures au sein de la division de médecine expérimentale de l’Université McGill, sous la supervision du Dr Jacques Galipeau (Lady Davis Institute, Jewish General Hospital). Ses recherches portaient sur l’application de cellules souches mésenchymateuses dérivées de la moelle osseuse dans des contextes de thérapies géniques et cellulaires, de médecine régénératrice et d’ingénierie tissulaire. Il a ensuite effectué son stage postdoctoral à l’Institut de recherche sur les cellules souches (Centre Helmholtz de Munich, Allemagne), sous la supervision du professeur Timm Schroeder. Il y a étudié les cellules souches squelettiques et hématopoïétiques au moyen de techniques de microscopie en time-lapse continue prolongée appliquées à des cellules uniques ainsi que de l’analyse quantitative des images. Le laboratoire a déménagé au Département des sciences et de l’ingénierie des biosystèmes (École polytechnique fédérale de Zurich, Suisse), où il a mis au point des techniques d’imagerie confocale hautement multiplexées et d’analyse computationnelle des images adaptées à l’étude des cellules souches dans les os entiers de souris. En 2018, il s’est joint au programme de médecine régénératrice de l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa, ainsi qu’au Département de médecine cellulaire et moléculaire de l’Université d’Ottawa. Il est également le titulaire inaugural de la chaire de recherche en chirurgie orthopédique régénérative de l’Hôpital d’Ottawa. Son laboratoire étudie la biologie fondamentale des cellules souches squelettiques et leur application à la chirurgie orthopédique régénérative.
https://www.ohri.ca/profile/dlcoutu/

Janelle Drouin-Ouellet, professeure adjointe, Université de Montréal

Janelle Drouin-Ouellet a obtenu son doctorat en neurobiologie à l’Université Laval (Québec, Canada) en 2012. Elle a effectué son premier stage postdoctoral sous la direction du professeur Roger Barker, à l’Université de Cambridge (Cambridge, Royaume-Uni), où elle a combiné recherches fondamentales et recherches cliniques pour étudier différents aspects des maladies de Parkinson et de Huntington. Elle a effectué son second stage postdoctoral au sein du groupe du professeur Malin Parmar, à l’Université de Lund (Lund, Suède), où elle a travaillé à la mise au point de méthodes simples et efficaces pour la conversion directe des cellules souches pluripotentes induites (CSPi) et des fibroblastes de peau de patients adultes atteints de maladies neurodégénératives. Professeure adjointe à l’Université de Montréal (Montréal, Canada) depuis août 2018 et titulaire d’une Chaire de recherche du Canada de niveau 2 en reprogrammation neuronale directe, elle combine la reprogrammation neuronale directe et les CSPi pour étudier la physiopathologie de la maladie de Parkinson. Elle travaille également à la mise au point de technologies de reprogrammation directe des cellules gliales pour complexifier les systèmes cellulaires dérivés de patients afin d’étudier la physiopathologie des troubles neurodégénératifs associés au vieillissement.
https://pharm.umontreal.ca/faculte/lequipe/corps-professoral/fiche/in/in29830/sg/Janelle%20Drouin-Ouellet/

Roman Krawetz, professeur agrégé, Université de Calgary

Roman Krawetz est membre du McCaig Institute for Bone and Joint Health Research de l’Université de Calgary. Les principaux objectifs de son programme de recherche sont d’élucider le rôle des cellules souches résidant dans les tissus musculo-squelettiques et de comprendre pourquoi ces cellules souches sont incapables de contribuer à la réparation des blessures dans certaines circonstances (par exemple pour des blessures liées à l’ostéoporose, l’arthrose et la dégénérescence discale). Son laboratoire emploie des approches moléculaires approfondies (in vitro et in vivo) pour examiner le rôle des cellules souches dans des modèles précliniques de souris transgéniques. Les travaux menés à son laboratoire ont permis de mieux comprendre le rôle que jouent les cellules souches résidant dans les tissus d’articulations normales et arthritiques et a mis au point de nouvelles approches destinées à pousser ces cellules à contribuer à la réparation du cartilage après une blessure. Son objectif est de mettre à profit ces découvertes passionnantes pour créer de nouvelles thérapies pour les blessures chroniques difficiles à traiter chez l’humain.
https://www.romankrawetzlab.com/

Ben Lindsey, professeure adjointe, Université du Manitoba

Benjamin Lindsey a fait son doctorat sous la supervision du professeur Vincent Tropepe, au Département de biologie cellulaire et systémique de l’Université de Toronto. Il y a cartographié la composition ultrastructurale des niches neurogéniques adultes du cerveau mature du poisson-zèbre. Au cours de sa thèse de doctorat, M. Lindsey a également mis au point des méthodes pour étudier la plasticité des cellules souches neurales adultes afin de comprendre la relation entre la neurogenèse adulte et l’environnement sensoriel externe.

En 2014, M. Lindsey s’est joint, à titre de boursier postdoctoral financé par le CRSNG, à l’Australian Regenerative Medicine Institute (ARMI) de l’Université Monash, où il a travaillé avec l’un des chefs de file mondiaux du domaine des cellules souches neurales et de la régénération du poisson-zèbre, M. Jan Kaslin. Au cours de cette période, M. Lindsey a étudié les processus de régulation moléculaire et cellulaire des populations de cellules souches neurales actives et quiescentes qui interviennent dans la réparation du cerveau et de la moelle épinière.

En 2017, il est retourné au Canada, à l’Institut de recherche sur le cerveau et l’esprit de l’Université d’Ottawa, pour effectuer son deuxième stage postdoctoral avec le Dr Tuan Bui, spécialiste de la moelle épinière et de la neuroplasticité. Au cours de ce stage financé par les IRSC, M. Lindsey a développé des modèles de lésions médullaires larvaires et adultes pour étudier les mécanismes qui interviennent dans la régénération de la moelle épinière.

En février 2019, il a assumé un poste de professeur adjoint au Département d’anatomie humaine et de science cellulaire de l’Université du Manitoba, où il a établi le premier centre d’étude du poisson-zèbre pour la recherche sur les cellules souches neurales et la médecine régénératrice. Son programme de recherche est soutenu par une subvention à la découverte du CRSNG, une subvention d’outils et d’instruments de recherche du CRSNG, une subvention de fonctionnement pour les nouveaux chercheurs de Research Manitoba, en plus d’autres programmes institutionnels de financement.
http://lindseylab.ca/

Ly Vu, chercheuse scientifique, BC Cancer, professeure adjointe, Université de la Colombie-Britannique

Ly Vu est chercheuse scientifique au Laboratoire Terry Fox du British Columbia Cancer Center (BC Cancer) et professeure adjointe à la Faculté des sciences pharmaceutiques de l’Université de la Colombie-Britannique (UBC). Mme Vu est originaire du Vietnam et a obtenu son baccalauréat en biologie à l’Université nationale du Vietnam. Elle a fait son doctorat et sa formation postdoctorale au Memorial Sloan Kettering Cancer Center, à New York, aux États-Unis, où elle a découvert les rôles essentiels que jouent les protéines de liaison de l’ARN et la méthylation de l’ARN dans la pathogenèse de la leucémie myéloïde. Au BC Cancer, le laboratoire de Mme Vu travaille à comprendre les mécanismes moléculaires qui sous-tendent le contrôle des cellules souches et la pathogenèse des hémopathies malignes, principalement par l’étude des voies de régulation post-transcriptionnelle et translationnelle des gènes. Son objectif est de mettre au point des approches thérapeutiques innovantes pour le traitement de la leucémie et d’autres cancers. Ly Vu a reçu de nombreux prix, dont la prestigieuse bourse postdoctorale en pédiatrie Damon Runyon-Sohn, le prix Special Fellow de la Leukemia and Lymphoma Society, le prix Pathway to Independence (K99/R00) des NIH, une bourse de recherche de l’American Society of Hematology (ASH) et une bourse de nouveau chercheur Terry Fox.
https://www.bccrc.ca/dept/tfl/people/ly-vu

Ma’n Zawati, professeure adjointe, Université McGill, directeur exécutif, Centre de Génomique et Politiques

Ma’n H. Zawati (LL. B., LL. M., Ph. D. [D.C.L.]) est professeur adjoint à la Faculté de médecine ainsi que directeur exécutif du Centre de génomique et politiques du Département de génétique humaine de l’Université McGill. Il est également membre associé du Département d’études sur l’équité, l’éthique et les politiques, de la Division de médecine expérimentale et de la Faculté de droit de l’Université McGill. Ses recherches portent sur les dimensions juridiques, éthiques et politiques de la recherche en santé et des soins cliniques, et en particulier sur les biobanques, le partage de données, la responsabilité professionnelle et l’utilisation des nouvelles technologies (p. ex. les applications mhealth, WGS, WES) dans un contexte clinique et de recherche. Son travail est de nature interdisciplinaire et conjugue des perspectives issues du droit, de l’éthique, de la bio-informatique, de la génomique et des politiques publiques. Il intervient fréquemment sur diverses questions cruciales et d’actualités liées aux soins de santé et aux biosciences. Il a participé à plus de 150 conférences, réunions et symposiums internationaux et a partagé son expertise avec des universités, des comités d’éthique de la recherche et des cabinets d’avocats. Le professeur Zawati a publié un livre (Reciprocity in Population Biobanks, Academic Press 2021), 18 chapitres de livres et plus de 75 articles évalués par des pairs dans des publications majeures telles que Nature Reviews Genetics, le Journal de l’Association médicale canadienne, et The Journal of Law and the Biosciences. En 2015, il a reçu la bourse Queen Elizabeth II Diamond Jubilee, comprenant un séjour à l’Université d’Oxford, et a été nommé délégué de la Société royale du Canada pour le Symposium international des Jeunes professionnels de l’année de l’IAP. En 2021, M. Zawati a reçu une bourse de carrière Junior 1 du FRQS.
https://www.manhzawati.com/

Comité d’éducation et de formation

Le Comité de formation et d’éducation (CFE) a pour but d’aider le Réseau de cellules souches à élaborer et à mettre en œuvre un programme de formation en médecine régénératrice destiné à faire en sorte que les travailleurs hautement qualifiés (THQ) soient capables de se mesurer à la concurrence dans l’économie du savoir du Canada et qu’ils possèdent les compétences nécessaires pour travailler dans les laboratoires de médecine régénératrice et les entreprises de biotechnologie d’aujourd’hui et de demain.

Membres   

Andrew Pepper, président, professeur adjoint, Université de l’Alberta

En 2018, le Dr Pepper a été recruté au Département de chirurgie de la Division de la recherche chirurgicale de l’Université de l’Alberta à titre de professeur adjoint. Son laboratoire à l’Institut du diabète de l’Alberta examine les mécanismes sous-jacents qui régissent la survie et la fonction des cellules bêta pancréatiques, dans le but ultime de développer et d’affiner des thérapies cellulaires qui pourraient devenir un traitement universel pour un plus large éventail de personnes atteintes de diabète de type 1. Le Dr Pepper a publié plus de 40 manuscrits et 4 chapitres de livres liés à la biologie des îlots, à l’immunologie et à la greffe de cellules bêta. Il est actuellement titulaire d’une chaire de recherche canadienne sur les thérapies cellulaires pour le diabète et a reçu des fonds du Réseau de cellules souches, de la FRDJ, de MITACS, des IRSC, de la FCI-FLJE, d’Alberta Innovates, du Fonds Nouvelles frontières en recherche, de la Fondation albertaine du diabète, de la Fondation des hôpitaux universitaires et du Programme national de recherche en transplantation du Canada.

Mohsen Akbari, Ph. D., ing., FIAAM, MCBS, MCSME, MSRC
Génie mécanique, Université de Victoria

Mohsen Akbari est professeur agrégé de génie mécanique, directeur du Laboratoire d’innovation en micro-ingénierie (LiME) à l’Université Victoria, professeur agrégé affilié à l’École de génie biomédical de l’Université de la Colombie-Britannique et professeur associé à l’Institut Terasaki d’innovation biomédicale et au Département de bio-ingénierie de l’Université de Californie à Riverside. En dehors de ses postes de professeur, il est membre du conseil d’administration de la Société canadienne des biomatériaux, membre du conseil d’administration de la Société canadienne de génie mécanique, membre du Center for Advanced Materials and Related Technology (CAMTEC), chercheur pour l’International Collaboration on Repair Discoveries (ICORD), membre associé du Djavad Mowafaghian Centre for Brain Health, cofondateur et directeur scientifique de 4M Biotech, et conseiller scientifique d’Apricell Biotech. M. Akbari a obtenu son doctorat à l’Université Simon Fraser et a fait son stage postdoctoral à la Faculté de médecine de l’Université Harvard et au Brigham and Women’s Hospital. Il a reçu plusieurs prix et distinctions. Il a notamment reçu le prix Keston, a été élu membre du Collège des nouveaux chercheurs et créateurs en art et en science de la Société royale du Canada et membre à vie de l’International Association for Advanced Materials (IAAM), s’est vu décerner la Médaille du scientifique par l’IAAM, le Prix de l’excellence en enseignement de la Faculté de génie, le Prix pour la commercialisation d’une idée de la Michael Smith Foundation for Health Research, une bourse de recherche postdoctorale du CRSNG, le Prix de la recherche du Conseil pour l’innovation de la Colombie-Britannique, ainsi que le Prix de la Kaiser Foundation, en plus d’avoir été reconnu comme une étoile montante canadienne dans le domaine de la santé mondiale par Grands Défis Canada. M. Akbari est membre du comité de rédaction de Biofabrication, International Journal of Bioprinting, Micromachines and Gels. Il siège également au conseil d’administration de la Société canadienne des biomatériaux. Les résultats de ses recherches ont été publiés dans 140 articles de revues à comité de lecture et chapitres de livres, son indice h est de 46 et il a récolté plus de 9200 citations. Ses travaux ont fait la couverture de 12 revues et ont été couverts par plus de 70 médias, tels que CBC News, Time Colonist, Google News, Science Daily, The Telegraph et Fortune, ainsi que sur le site Web du CRSNG.

Jessica Esseltine, professeure adjointe, Université Memorial de Terre-Neuve

J’ai grandi dans une petite ville du sud-ouest de l’Ontario rendue célèbre pour avoir tué Jumbo l’éléphant. J’ai complété la majeure partie de ma formation à l’Université Western. J’ai découvert les cellules souches pluripotentes assez tard dans ma formation et je suis tellement reconnaissante d’avoir trouvé ma passion scientifique. Depuis que j’ai déménagé dans la belle province de Terre-Neuve, je m’attaque à la façon dont les cellules communiquent entre elles pendant la spécification de leur destin. Avec le soutien du Réseau de cellules souches, j’utilise des CSPi dérivées de patients pour comprendre les maladies cardiaques héréditaires à Terre-Neuve. Mon équipe utilise des techniques de pointe en biologie cellulaire et moléculaire, y compris le génie génétique CRISPR-Cas9 des cellules souches pluripotentes et multipotentes, l’imagerie à haute résolution, la culture de cellules souches et d’organoïdes 3D.

May Griffith, professeure, Département d’ophtalmologie, Université de Montréal, Canada, travaillant au Centre de recherche de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont

May est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en biomatériaux et cellules souches en ophtalmologie et de la Chaire de recherche de la Fondation Caroline Durand en thérapie cellulaire de l’œil. Elle est actuellement directrice de l’Axe Cornée et segment antérieur du Réseau de recherche en santé de la vision du Québec. May est connue pour ses travaux pionniers du laboratoire au chevet du patient en médecine régénératrice translationnelle et en régénération tissulaire in situ. Dans le cadre d’un essai clinique en Suède, elle a dirigé une équipe multinationale et interdisciplinaire responsable de la conception et des essais cliniques réussis pour les premiers implants cornéens biosynthétiques au monde qui ont favorisé la régénération du tissu cornéen humain et des nerfs. Les implants sans cellules ont stimulé les propres cellules des patients à migrer dans la matrice, à proliférer et à se différencier en néo-cornées. L’équipe a ensuite réalisé un deuxième essai clinique avec des implants cornéens biosynthétiques contenant un réseau de polymères suppresseurs d’inflammation sur des patients à haut risque. Plus récemment, May et son équipe ont développé un hydrogel liquide synthétique, biocompatible et adhésif (LiQD Cornea) pour réparer les perforations cornéennes en remplacement de la colle cyanoacrylate toxique. Le produit LiQD Cornea est appliqué sous forme liquide, mais adhère rapidement et gèle dans les défauts du tissu cornéen. Ensuite, sa similitude au niveau moléculaire avec un cadre tissulaire naturel favorise la régénération tissulaire, traitant efficacement les perforations cornéennes sans qu’une transplantation soit nécessaire. May poursuit ses recherches basées sur les biomatériaux pour la régénération de la cornée et de la rétine, ainsi que sur l’angiogenèse, en collaboration avec d’autres chercheurs.

Matthew Hildebrandt, chef des produits, STEMCELL Technologies

Matthew Hildebrandt est chef des produits chez STEMCELL Technologies à Vancouver pour les produits qui soutiennent la recherche sur les cellules souches pluripotentes humaines. Après son doctorat en oncologie expérimentale de l’Université de l’Alberta en 2014, il s’est joint au laboratoire du Dr James Ellis à l’hôpital pour enfants (SickKids) de Toronto en tant que boursier de recherche postdoctoral où il a commencé à travailler avec des cellules souches pluripotentes. Pendant son séjour à Toronto, il a participé à plusieurs ateliers du RCS tenus lors des réunions Till et McCulloch qui l’ont aidé à faire la transition vers un poste dans l’industrie. Il consacre maintenant du temps en tant que bénévole du RCS pour soutenir la prochaine génération de stagiaires.

Samer Hussein, professeur agrégé, Université Laval; chercheur, Division d’oncologie, Centre hospitalier universitaire (CHU) de Québec – Centre de recherche de l’Université Laval

Le Dr Samer Hussein est professeur adjoint et chercheur à l’Université Laval et au Centre de recherche sur le cancer qui lui est affilié. Le Dr Hussein a obtenu son doctorat en sciences neurologiques à l’Université McGill, à Montréal, au Canada; et sa formation postdoctorale à l’Université d’Helsinki, en Finlande, puis à l’Institut de recherche Lunenfeld-Tanenbaum, à Toronto, au Canada. Il a publié des travaux précurseurs dans le domaine de la reprogrammation démontrant plusieurs résultats clés sur la façon dont la reprogrammation des cellules souches pluripotentes induites affecte l’état de la chromatine, la stabilité génétique et l’expression génique de cellules subissant ce processus de changement induit de la fonction cellulaire. Son équipe se concentre maintenant sur la compréhension des fondements moléculaires qui régissent la décision du sort des cellules souches au cours du développement et dans le cancer. Ils utilisent plusieurs approches de bioinformatique et de séquençage, telles que le séquençage de l’ARN sur de grandes longueurs, et des modèles de différenciation des cellules souches, tels que les organoïdes cérébraux humains et les modèles d’invasion des cellules souches de gliome, pour comprendre les mécanismes moléculaires et les interactions fonctionnelles des ARN non codants longs au cours du développement et du cancer.

Golnaz Karoubi, scientifique et chercheuse principale, Toronto General Hospital Research Institute; professeure adjointe, University of Toronto

Golnaz Karoubi est scientifique et chercheuse principale au Toronto General Hospital Research Institute (TGHRI, University Health Network). Elle est professeure adjointe au Département de médecine de laboratoire et de pathobiologie ainsi qu’au Département de génie mécanique de l’Université de Toronto. Elle a obtenu son doctorat en sciences appliquées et génie à l’Université de Toronto en 2006 et s’est jointe au programme de médecine régénératrice pulmonaire du Département de recherche clinique de l’Université de Berne, en Suisse, en tant que boursière postdoctorale. Elle est restée en 2008 à titre de chef d’équipe pour diriger les travaux de science fondamentale et translationnelle liés à la médecine régénératrice pulmonaire jusqu’en 2012. À la fin de 2012, elle s’est jointe à l’équipe du Dr Tom Waddell au TGHRI en tant qu’associée scientifique principale. Elle a été nommée scientifique adjointe au TGHRI en novembre 2019 et professeure adjointe au Département de médecine de laboratoire et de pathobiologie en juillet 2020. Elle a subséquemment été nommée scientifique au TGHRI en avril 2023. Ses intérêts de recherche comprennent l’élaboration d’approches pratiques pour le traitement des maladies des poumons et des voies respiratoires. Ses études concernent principalement : (1) la régénération des voies respiratoires; (2) l’utilisation des cellules des voies respiratoires dérivées de cellules souches pour des applications d’ingénierie tissulaire; et (3) les thérapies cellulaires pour les maladies pulmonaires en phase terminale.

Terry Sachlos, directeur, Stem Cell Engineering Lab, York University; professeur adjoint, York University

Terry Sachlos est directeur du laboratoire d’ingénierie des cellules souches de l’Université York et professeur adjoint au Département de génie mécanique de la Lassonde School of Engineering de l’Université York à Toronto. Il est également directeur associé du programme des entrepreneurs en sciences et en technologie Bergeron et membre du programme d’études supérieures du Département de biologie de l’Université York. Ses recherches s’inscrivent dans le domaine de la médecine régénératrice et visent plus particulièrement à élucider les interactions entre les cellules souches et la matrice extracellulaire de la niche des cellules souches hématopoïétiques et leucémiques qui déterminent le devenir des cellules souches, et à développer des techniques d’impression en 3D de moelles osseuses vascularisées pour des applications de thérapies cellulaires et de criblage de médicaments. Avant de se joindre à l’Université de York, il a fait son doctorat à l’Université d’Oxford et a mené des recherches postdoctorales à l’Université Harvard, au MIT et à l’Université McMaster. Il est l’auteur de plusieurs articles évalués par des pairs – dont un publié dans la prestigieuse revue Cell – ont recueilli collectivement plus de 3 000 citations. Terry est un entrepreneur infatigable qui a déposé huit demandes de brevet et cofondé plusieurs jeunes entreprises pour commercialiser ses recherches. Les résultats de ses recherches sont également à l’origine d’un essai clinique visant à réorienter la thioridazine, un médicament antipsychotique bien connu, pour en faire un nouveau médicament contre la leucémie. Ses recherches sont actuellement soutenues par le CRSNG et les IRSC.

Comité des communications des stagiaires

L’objectif du comité de communication des stagiaires (CCS) du SCN est de contribuer au développement et à la prestation du programme de formation du SCN pour les stagiaires de la communauté des cellules souches et de la médecine régénérative.

Membres   

Tyler Wenzel, président, boursier postdoctoral, Université de Saskatchewan

Tyler est un boursier postdoctoral qui s’emploie à mettre sur pied une installation de recherche sur les cellules souches et la médecine régénératrice pour l’Université de la Saskatchewan. Sa recherche, dirigée par Darrell Mousseau et la Dre Jane Alcorn, est très multidisciplinaire, couvrant un large éventail de sujets tels que l’homéostasie cérébrale, la régénération des tissus du système nerveux central, l’étiologie des maladies cérébrales et intestinales, la pharmacocinétique et l’axe intestin-cerveau. Ses recherches visent à mettre au point de meilleurs traitements pour les maladies neurodégénératives et inflammatoires de l’intestin. Il est particulièrement passionné par l’élaboration de meilleurs modèles de ces maladies humaines et l’exploitation du potentiel thérapeutique et pharmacologique des organoïdes et des cellules souches dont ils sont dérivés. Avant d’entreprendre une carrière scientifique, il était professeur de sciences et de mathématiques au secondaire, et il est aujourd’hui ravi de pouvoir mettre son expérience et sa passion pour l’enseignement au service du Comité des communications des stagiaires. Il croit fermement que les cellules souches sont essentielles pour améliorer la qualité de vie de nombreuses personnes dans le monde et il est heureux de participer au développement de cette technologie. Dans ses temps libres, il fait la randonnée et du ski alpin, assiste à des concerts, pratique la photographie et produit des balados et des vidéos de communication scientifique.

 

Holly Jiogo, vice-présidente, étudiante à la maîtrise, Université McGill

Holly est étudiante à la maîtrise en génétique humaine. Elle travaille sous la direction de Colin Crist, à l’Université McGill. Ses travaux de recherche visent à découvrir comment la dynamique des granules d’ARN peut contribuer au potentiel de régénération des cellules souches musculaires. Holly est également une fervente partisane de l’équité, de la diversité et de l’inclusion dans les STIM, et croit que la communication et la sensibilisation scientifiques inclusives peuvent aider à combler le fossé entre les communautés qui participent plus traditionnellement aux activités scientifiques et celles qui le font moins (pour le bien de tous et de toutes!). Lorsqu’elle n’analyse pas des échantillons au microscope, elle ne dédaigne pas lire un bon livre, écouter des podcasts ou goûter aux plaisirs de la gastronomie.

Fanny-Meï Cloarec-Ung, doctorante, Université de Montréal

Fanny-Meï est doctorante en biologie moléculaire à l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie de l’Université de Montréal. Ses recherches sur les mutations associées au vieillissement dans l’hématopoïèse clonale visent à comprendre les trajectoires moléculaires et cellulaires qui peuvent déclencher des syndromes myélodysplasiques et leucémiques. En dehors du laboratoire, elle aime voyager, faire de la randonnée, de la photographie et découvrir de nouveaux mets.

Nerea Cuesta-Gomez, postdoctorante, Université de l’Alberta

Nerea Cuesta-Gomez est postdoctorante au laboratoire d’Andrew Pepper et de Greg Korbutt à l’Université de l’Alberta. Ses recherches portent sur l’utilisation des cellules stromales mésenchymateuses pour la vascularisation des tissus et sur la greffe d’îlots de Langerhans pour le traitement du diabète de type 1. Elle est profondément engagée dans la promotion de l’équité et de la diversité au sein de la communauté de la recherche sur les cellules souches. Consciente de l’importance de la diversité des points de vue et des expériences pour stimuler l’innovation, elle se consacre à la promotion des pratiques inclusives qui permettent aux personnes issues de milieux sous-représentés de s’épanouir dans les STIM. Mme Gomez estime que promouvoir un environnement diversifié et inclusif enrichit non seulement le discours scientifique, mais renforce également les fondements éthiques de nos entreprises de recherche. En dehors du laboratoire, elle aime parcourir le monde, skier et passer du temps avec son chien, sa famille et ses amis.

Amelinda Firdauzy, maîtrise en sciences, Simon Fraser University

Amelinda en est à sa deuxième année de maîtrise en sciences biologiques à l’Université Simon Fraser. Au laboratoire, iel étudie, sous la direction de Lisa Julian, une maladie génétique rare appelée sclérose tubéreuse de Bourneville (STB), qui est causée spécifiquement par la mutation du gène tubérine (TSC2). L’objectif de la recherche d’Amelinda est d’établir le premier modèle cellulaire humain des tubercules corticaux, qui constituent un exemple de manifestation de la STB dans le cerveau et qui sont à l’origine de l’épilepsie associée à la STB. Ce modèle permettra de mieux comprendre le développement de la population de cellules anormales géantes similaires à des cellules souches qui sont observées dans les lésions cérébrales épileptiques des patients atteints de STB. En dehors de ses recherches, il n’est pas rare de trouver Amelinda en train de s’agripper à des rochers synthétiques dans un centre d’escalade de bloc.

Jules Granet, étudiant au doctorat, Université McGill

Jules est étudiant au doctorat au laboratoire de Natasha Chang à l’Université McGill. Son projet vise à améliorer les connaissances sur la façon dont l’autophagie contribue à la détermination des fonctions régénératrices du destin des cellules souches musculaires dans des conditions saines et dans le contexte de la dystrophie musculaire de Duchenne. En dehors du laboratoire, il aime voyager pour découvrir de nouveaux endroits et de nouveaux mets, regarder des films et passer du temps avec des amis.

Courtney Irwin, étudiante à la maîtrise, University of Toronto

Courtney est étudiante à la maîtrise au programme de médecine de laboratoire et de pathobiologie de l’Université de Toronto et travaille sous la supervision de Karun Singh au University Health Network. Les travaux de Courtney visent à mieux comprendre l’effet des gènes associés au trouble du spectre de l’autisme sur le développement du système nerveux sensoriel à l’aide de modèles 3D de cellules souches. Lorsqu’elle n’est pas au laboratoire, on peut généralement la trouver en train de penser à ses travaux de laboratoire, d’assister à un concert, de s’aventurer à la pâtisserie ou de passer du temps avec son chat Wren.

Ahmed Kabil, doctorant, University of British Columbia

Ahmed Kabil est doctorant au centre de recherche biomédicale de l’Université de la Colombie-Britannique. Il a obtenu un baccalauréat avec mention haute distinction en sciences appliquées à l’université de Toronto. Les recherches d’Ahmed visent à comprendre comment le système immunitaire est sculpté au cours du développement (en particulier les cellules lymphoïdes innées du groupe 2 [CLI2]) et comment les expositions périnatales aux agents microbiens entraînent des modifications permanentes de la réponse immunitaire aux maladies. Il travaille à la mise au point de plusieurs outils génétiques sophistiqués qui pourraient permettre pour la première fois de surveiller l’émergence, le développement et le destin des CLI tout au long de la vie et d’évaluer comment elles interagissent avec un éventail de maladies animales. Ahmed croit ardemment aux vertus du mentorat ainsi qu’à la vulgarisation et à la communication scientifiques. Au-delà de ses recherches, il aime enseigner et se passionne pour le mentorat. Pendant ses temps libres, il aime jouer au football.

Oreoluwa Kolade, étudiant au doctorat, University of Toronto

Oreoluwa est un étudiant au doctorat passionné par la médecine régénératrice, l’ingénierie tissulaire et l’apprentissage automatique. Il s’intéresse actuellement dans ses recherches à l’utilisation des cellules stromales mésenchymateuses à des fins thérapeutiques et, en particulier, aux défis que pose la fabrication des cellules. Outre ses recherches, Oreoluwa se consacre à créer des liens entre le milieu universitaire et l’industrie et souhaite mettre en place des ateliers destinés aux étudiants des cycles supérieurs afin de combler le fossé entre ces deux milieux. En dehors de ses activités universitaires, Oreoluwa se passionne pour les sports, notamment pour la boxe, les arts martiaux mixtes et la Formule 1. L’enthousiasme avec lequel il se consacre à ses études et à ses intérêts personnels lui a donné une vision équilibrée de la vie et a renforcé sa détermination à réussir.

Coulter Montague Szakaly, étudiant en maîtrise, University Health Network

Coulter est à sa deuxième année de maîtrise en médecine de laboratoire et en pathobiologie à l’Université de Toronto. Il étudie sous la direction du Dr Michael Laflamme au University Health Network. Sa recherche a pour but de concevoir une nouvelle architecture de bioréacteur pour la production et la maturation à grande échelle de cardiomyocytes dérivés de cellules souches pluripotentes humaines. En dehors du laboratoire, il aime lire, faire de la plongée autonome et de la planche à neige, et jouer au hockey. Il cherche aussi constamment de nouvelles façons de promouvoir la communication scientifique auprès des chercheurs de tous les niveaux.

Haochen Sun, étudiant en maîtrise, University of Calgary

Haochen a obtenu son baccalauréat en biologie humaine et en immunologie à l’Université de Toronto. Il a ensuite décidé de poursuivre des études de maîtrise en génie biomédical au laboratoire Krawetz de l’Université de Calgary. Son projet vise à utiliser des cellules souches mésenchymateuses dermiques humaines pour traiter les lésions du cartilage chez la souris. L’objectif est de déterminer si les cellules souches générées à partir de bioréacteurs ou de flacons de culture tissulaire statique peuvent toutes deux favoriser la réparation du cartilage. En dehors de son travail au laboratoire, il aime faire du sport, écouter de la musique et s’initier à de nouvelles langues.

Parisa Varshosaz, doctorante, Université Laurentienne

Parisa est doctorante au programme des sciences biomoléculaires et travaille sous la direction d’Alexander Moise à la Division des sciences médicales de l’École de médecine du Nord de l’Ontario et à l’Université Laurentienne. Ses recherches portent sur le rôle et la régulation de la signalisation de l’acide rétinoïque (AR) au cours du développement crânien. Les travaux menés par Parisa en collaboration avec Maureen Kane (U. of Maryland), Paul Trainor (Stowers Institute) et Andrew Wilkie (Oxford University) ont révélé que l’acide rétinoïque est essentiel à la différenciation des cellules mésenchymateuses crâniennes en ostéoblastes de l’os calvarial. En outre, les mutations qui influent sur les niveaux d’acide rétinoïque contribuent à la pathogenèse des craniosténoses, un groupe de troubles congénitaux. La thèse sur laquelle elle travaille actuellement porte sur les voies d’autorégulation qui façonnent la signalisation de l’acide rétinoïque par rétroaction et en réponse à la signalisation YAP. Dans ses études, Parisa utilise un large éventail de techniques de biologie moléculaire et d’édition génomique pour comprendre le rôle critique de la signalisation de l’acide rétinoïque dans la différenciation des cellules progénitrices en ostéoblastes et ostéocytes. Elle se réjouit de faire partie du Comité des communications des stagiaires du RCS, parce que cela lui permettra non seulement d’apprendre au contact de plusieurs chefs de file du domaine des cellules souches, mais aussi d’aider de jeunes scientifiques à améliorer de manière tangible leurs compétences et à mener des carrières scientifiques gratifiantes.

Fereshteh Sadat Younesi, doctorante, University of Toronto

Fereshteh est étudiante au doctorat en sciences biomédicales à la Faculté de médecine dentaire de l’Université de Toronto. Elle travaille sous la direction d’un remarquable chef de file scientifique, Boris Hinz, à l’hôpital St. Michael. Ses recherches visent à élaborer des stratégies destinées à stimuler (ou maintenir) le potentiel de régénération des cellules stromales mésenchymateuses (CSM) par la manipulation de la réponse mécanique et de la mémoire des CSM. Elle cherche plus précisément à comprendre comment les facteurs épigénétiques modifient le comportement des CSM en réponse à l’environnement de plastique rigide largement utilisé pour la culture des CSM de donneurs une fois isolées. En dehors du laboratoire, elle aime réfléchir à des problèmes scientifiques, explorer de nouveaux endroits, faire de la randonnée, écouter de la musique persane et lire de la poésie persane. Récemment, elle s’est mise au défi d’apprendre des instruments de musique de la famille du setâr. Elle est ravie de faire partie du CCS, puisque cela lui permettra à la fois d’aider des étudiants des cycles supérieurs à affiner leurs compétences et à atteindre leurs objectifs de carrière, et d’acquérir elle-même de nouvelles compétences.

Dylan Siriwardena, postdoctorant, Université de Toronto

Dylan Siriwardena est postdoctorant au laboratoire d’Aaron Wheeler à l’Université de Toronto. Ses recherches visent à mieux comprendre la formation précoce du placenta et à mettre au point des diagnostics prénataux pour les troubles congénitaux et placentaires. Il est passionné par les communications scientifiques et a participé à de nombreux événements de sensibilisation, notamment à des activités des organismes Parlons Cellules Souches et Science Rendezvous. Lorsqu’il n’est pas au laboratoire, il aime faire du patin à roues alignées, courir et jouer à Donjons et Dragons.

Comité des patients

L’objectif du comité des patients est de soutenir le RCS dans ses initiatives liées à la participation des patients et d’éclairer l’orientation des documents du Réseau destinés au public.

Membres   

Sarah Benedict est une résidente de longue date d’Ottawa, où elle vit avec son mari et ses deux enfants. Anciennement hygiéniste dentaire, elle est aujourd’hui une membre active de sa communauté, gérant plusieurs des équipes sportives de ses enfants et participant à plusieurs comités dans les écoles de ses enfants. Lorsqu’elle n’est pas aux abords d’un terrain de football ou d’une patinoire de hockey, Sarah aime voyager.

Au début de 2015, Sarah a reçu un diagnostic de trouble du spectre de la neuromyélite optique et a subi une greffe de cellules souches autologues plus tard la même année dans le cadre d’une thérapie dirigée par le Dr Harold Atkins, de l’Hôpital d’Ottawa.

Bonjour, je m’appelle Kevin Bolusi. J’ai été électrocuté en 2015, ce qui a causé des brûlures au troisième degré sur 75 % de mon corps. J’ai également dû être amputé de la jambe gauche, au-dessus du genou, en raison de cet accident. J’ai été placé dans le coma et mes parents ont consenti à ce que je participe à un essai clinique financé par le RCS et dirigé par Véronique Moulin. L’étude visait à mettre à l’essai un substitut cutané autologue créé par génie tissulaire. Le traitement est plus rapide qu’une greffe de peau, et le risque de rejet est beaucoup plus faible parce que les cellules cutanées sont adaptées au patient. Mon rétablissement a été remarquable. J’ai obtenu un diplôme en génie aérospatial à Concordia et je travaille maintenant comme concepteur mécanique. Dans mes temps libres, je fais du parachutisme et du ski.

Charmain Brown est une éducatrice dévouée et travaille sein du conseil scolaire de district de la région York. Elle a fait preuve d’un grand leadership dans les domaines des programmes scolaires, de l’enseignement, de l’équité et de l’inclusion. Elle est également professeure associée à la Faculté d’éducation de l’Université Tyndale. Ses deux enfants, de jeunes adultes, ont subi avec succès une thérapie génique pour la rétinite pigmentaire grâce à plusieurs années de sensibilisation du public et de la classe politique au regard de la communauté touchée par des troubles de la vision. Charmain réside à Pickering, en Ontario, avec son partenaire et ses deux enfants. 

Karen Peat est une mère, une épouse et une membre dévouée de sa communauté. Elle est atteinte du diabétique de type 1. C’est à l’âge de 11 ans que Karen a reçu son diagnostic et elle s’est alors vue confrontée à la perspective de devoir gérer les difficultés liées à cette maladie pour le reste de sa vie. Au cours de sa troisième grossesse, Karen est tombée dans le coma pendant qu’elle faisait une sieste. Bien qu’elle et son bébé aient survécu à cet épisode, la guérison de Karen a pris des années. En 2004, elle a subi avec succès une greffe révolutionnaire de cellules souches, appelée le protocole d’Edmonton, une intervention mise au point par le Dr James Shapiro et ses collègues de l’Université de l’Alberta. Aujourd’hui, Karen habite dans les paysages époustouflants de Vancouver, en Colombie-Britannique, où elle apprécie chaque instant et profite de tout ce que la vie a à lui offrir.

Joshua Robertson est conseiller étudiant à l’université, amateur de jeux de société et père de deux enfants. Il est atteint du diabète de type 1.  Il contribue au comité par son expérience vécue de participant à un essai pluriannuel d’un traitement du diabète de type 1 à base de cellules souches, le premier à être réalisé chez l’humain (voir le documentaire « The Human Trial »).  Ayant eu une expérience directe du remarquable potentiel qu’offrent les thérapies à base de cellules souches, il tient à faire part de son point de vue afin de promouvoir la poursuite de la recherche dans ce domaine.