enfr

Le budget de 2018 du gouvernement du Canada favorisera la recherche en santé au Canada

Mars 2018

Chers amis,

Comme vous le savez, le Réseau de cellules souches travaille depuis un certain temps, en collaboration avec le gouvernement, à la planification de l’orientation future de la recherche sur les cellules souches au Canada. Le 27 février, le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a déposé son troisième budget au Parlement. Ce budget comprend des engagements financiers importants destinés à soutenir la recherche scientifique fondamentale pour les cinq prochaines années. Nous félicitons le gouvernement d’investir dans l’entreprise scientifique canadienne et nous sommes persuadés que cet engagement aura des retombées positives importantes au Canada sur le plan de la santé, du développement social, de l’économie et de l’environnement. Pour des informations plus détaillées sur le budget de 2018, cliquez ici.

Nous sommes heureux de vous apprendre que le RCS a été invité à présenter une demande complète de financement par l’entremise du programme des Réseaux de centres d’excellence (RCE). Notre Réseau se voit ainsi offrir une précieuse occasion d’ajouter aux réalisations importantes qui ont jalonné ses 17 années d’existence. Parmi les principales réussites du RCS et de ses membres, on compte celles d’avoir :

  • bâti une communauté de recherche nationale dynamique qui a progressé de 35 à près de 170 groupes de recherche et au sein de laquelle un effectif de 5 000 chercheurs (en ÉTP), issus de 90 établissements et 11 pays, œuvrent à des projets soutenus par le RCS;
  • formé 2 500 travailleurs hautement qualifiés;
  • soutenu un peu moins de 200 projets de recherche translationnelle et obtenu approximativement 100 millions de dollars de financement auprès des partenaires de l’organisme;
  • joué un rôle de catalyseur dans la réalisation de 18 essais cliniques;
  • contribué à la croissance ou au lancement de 16 entreprises biotechnologiques de médecine régénérative;
  • facilité le dépôt de 600 demandes de brevet (300 à 400 innovations uniques) et l’obtention de près de 100 brevets et plus de 65 permis;
  • soutenu des recherches universitaires de grande qualité qui ont généré plus de 1 160 articles évalués par des pairs.

Il s’agit là de réalisations remarquables et nous entendons les amplifier dans les années qui viennent. Au cours des prochains mois, nous organiserons quelques ateliers afin de réunir les membres du RCS pour discuter d’une nouvelle vision : Mettre à profit l’avantage concurrentiel du Canada en matière de recherche sur les cellules souches au bénéfice des Canadiens. Nous avons aussi articulé trois thèmes de recherche qui guideront le RCS au cours des prochaines années. Ces thèmes de recherche sont :

  • Thème 1. Anticiper les besoins de la recherche sur les cellules souches et la médecine régénérative sur les plans de la gouvernance et des politiques;
  • Thème 2. Catalyser les technologies transformatrices au profit de la médecine régénérative;
  • Thème 3. Assurer la transition de la médecine régénérative du laboratoire à la clinique.

Obtenir votre point de vue sur ces thèmes et sur les recherches qui pourraient en découler est capital. Nous sommes impatients de discuter avec vous, au cours d’un prochain atelier, de notre nouvelle orientation et des façons dont nous pourrions collectivement stimuler et renforcer la recherche sur les cellules souches au Canada.

Pour terminer, nous lancerons au cours des semaines qui suivent un appel de lettres d’intention afin d’étayer la demande de subvention que nous présenterons au programme des RCE. Nous espérons que vous prendrez le temps de participer à cette importante activité, d’autant plus que cette participation sera obligatoire pour ceux et celles qui souhaitent de demander une subvention au RCS dans le cadre du prochain concours de financement.

C’est une période stimulante pour la communauté scientifique canadienne et c’est avec enthousiasme que le RCS regarde vers l’avenir.

                                     

Michael A. Rudnicki, O.C., Ph. D.                                              Cate Murray

Directeur scientifique et premier dirigeant                            Directrice générale et chef de l’exploitation