enfr

Le Réseau de cellules souches annonce de nouveaux membres du conseil d’administration et du comité de gestion de la recherche

Le 5 décembre 2019 (Ottawa) – Le Réseau de cellules souches a le plaisir d’annoncer la nomination de Gail Garland et Sharon Louis à son conseil d’administration, en date du 5 novembre 2019. Le conseil d’administration est désormais constitué de 12 chefs de file canadiens issus des domaines de la recherche, de l’industrie, des soins de santé et des ONG connexes.

« Mme Garland et la Dre Louis apportent au conseil d’administration une précieuse expertise du milieu des affaires et l’esprit visionnaire requis pour assurer la réalisation du plan stratégique du RCS, notamment par l’accélération de la transposition des résultats de la recherche en médecine régénérative vers le milieu clinique. L’ajout de ces excellentes collaboratrices marque aussi un important tournant pour le RCS, car cela nous permet d’atteindre la parité hommes-femmes au sein du conseil d’administration, ce qui témoigne de notre engagement envers l’inclusion et la diversité » indique le Dr Michael Rudnicki, premier dirigeant et directeur scientifique du RCS.

À titre de chef de la direction de l’Ontario Bioscience Innovation Organization, Mme Garland apporte au CA un sens des affaires éprouvé et une grande expérience de participation active au sein de conseils d’administration d’autres organismes du domaine de la santé. De son côté, la Dre Louis partagera l’expertise scientifique de pointe qui caractérise son rôle à titre de vice-présidente, Recherche et Développement de la société STEMCELL Technologies, une entreprise de biotechnologie canadienne de portée mondiale.

« Le domaine de la médecine régénérative promet de stimuler de grande manière l’innovation dans le domaine de la santé au Canada au cours des années à venir, et le Réseau de cellules souches est appelé à jouer un rôle de premier plan dans la mise en œuvre de ces innovations. Je suis très heureuse d’avoir l’occasion de contribuer concrètement à ces avancées par le biais du Réseau de cellules souches », signale Mme Garland.

De son côté la Dre Louis ajoute : « Le RCS et STEMCELL Technologies entretiennent depuis longtemps d’excellentes relations de collaboration. Le RCS a encadré au fil des ans l’épanouissement professionnel de nombreuses personnes hautement qualifiées dont a grandement bénéficié notre entreprise et le Canada tout entier. J’attends avec impatience l’occasion d’identifier avec le RCS et son conseil d’administration de nouvelles occasions de faires nos preuves à l’échelle mondiale. »

Le RCS a également nommé quatre nouveaux membres à son comité de gestion de la recherche (CGR), lequel a pour mandat de porter conseil à l’appui du développement du programme de recherche du RCS en plus d’offrir au conseil d’administration des recommandations quant à l’attribution des bourses et subventions du RCS. Les nouveaux membres du CGR sont Dean Fergusson, chercheur principal et directeur, Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa, Gregory Korbutt, professeur titulaire, Université de l’Alberta, Mme Cristina Nostro, scientifique, Réseau universitaire de santé et Chantale Pambrun, directrice du Centre d’innovation de la Société canadienne du sang.

Pour voir la liste intégrale des membres du conseil d’administration et du comité de gestion de la recherche du RCS, et leurs profils biographiques, consulter le : https://stemcellnetwork.ca/fr/qui-nous-sommes/gouvernance/

 

-30-

Au sujet du Réseau de cellules souches
L’avenir de la santé est ici. Le Réseau de cellules souches (RCS) est un organisme national sans but lucratif qui soutient la recherche sur les cellules souches et la médecine régénérative, qui forme la prochaine génération de personnel hautement qualifié et qui organise des activités de sensibilisation à travers le Canada. Le RCS a pour objectif de faire progresser la science du laboratoire à la clinique dans l’intérêt des Canadiens. Le RCS bénéficie du soutien du gouvernement du Canada depuis sa création en 2001. Ce financement stratégique, évalué à plus de 100 millions de dollars, a bénéficié à environ 170 groupes de recherche de calibre mondial et à 3 000 stagiaires, et il a catalysé 19 essais cliniques.